Lisez La phrase est une solitude sur remue.net, 28 septembre, 2015.

« “La phrase est une solitude” est rédigé dans un style expérimental (à mi-chemin entre “Autoportrait” d’Édouard Levé et les derniers courts textes de Beckett) : il témoigne de l’incompatibilité de mon vécu quotidien dans le monde occidental (France, États Unis) et de mes souvenirs de migration clandestine, à cinq ans et demi, depuis l’Iran. Je me trouve, à mes 35 ans, dans l’incapacité de narrer ces événements de manière concise et chronologique. Seul le style fragmentaire peut rendre justice à l’hétérogénéité irréductible des différentes périodes de ma vie, et au fait que je ne puisse, à proprement parler, résider dans aucune de mes trois langues – le français, l’américain, le farsi. La langue française y est donc nécessairement – volontairement – maltraitée. » Amin Erfani